#JELALIS : Présentation du défi et choix de l’autrice.

Deux articles d’affilés mentionnant le défi littéraire #jelalis, et toujours pas d’article explicatif, il était temps !

Ce projet est à l’initiative de l’association Le Deuxième Texte et des partenaires. Il a pour but de mettre en lumière les femmes de lettres à travers un défi littéraire : choisir une autrice francophone, nous documenter et publier des posts autour d’elle et de ses oeuvres sur plusieurs formats et sur la/les plateforme(s) de notre choix : biographie, portrait, chroniques/avis de lecture, photos, vidéos, selfies… Pour ma part, je monopoliserai mes réseaux sociaux avec le hashtag #jelalis.

Le site dédié à ce défi littéraire a, à ce jour, recensé 289 autrices choisies par les internautes, dont 196 dans le domaine public et notons que certaines d’entre elles n’écrivent pas initialement en français. Dans cette liste, je constate malheureusement une très faible présence d’autrices francophones de couleur, Lire la suite

#JELALIS : Les Lettres chinoises – Ying Chen

Voici ma deuxième lecture dans le cadre du défi littéraire #JELALIS. N’ayant pas énormément de moyens financiers pour me procurer tous les ouvrages de Ying Chen, il a fallu faire des choix, et je me suis tournée vers les romans disponibles en livre de poche qui est un format plus accessible. J’ai alors hésité entre la mémoire de l’eau et les Lettres chinoises. Le premier narre une grand-mère ayant vécu dans une Chine en pleine mutation, le second est un échange épistolaire entre deux amoureux vivant à distance.

J’ai préféré me plonger dans un roman épistolaire pour la simple et bonne raison que j’en lis rarement, bien que j’aie eu une belle expérience avec les liaisons dangereuses de Laclos. Bref, je voulais sortir de mes prédilections livresques.

Il s’agit d’une correspondance entre deux amoureux : le fiancé du nom de Yuan s’est installé au Canada tandis que l’autre moitié, Sassa, qui est d’ailleurs la protagoniste de l’histoire, est restée dans sa ville natale en Chine.

Il s’agit également d’un échange épistolaire entre cette dernière et son amie Da Li Lire la suite

Les belles de Halimunda – Eka Kurniawan

243fff7401af2c79f3e42aeea8c099ac

Ayant étudié à l’Inalco en section indonésienne-malaisienne, je dois avouer que le monde universitaire me manque cruellement, et particulièrement l’étude des littératures indonésienne et malaise/malaisienne. Quand j’entre dans une librairie, je passe toujours au rayon des littératures asiatiques, et je constate avec regret que cette partie est peu développée, ou alors celle-ci est surreprésentée par la littérature japonaise.

Parmi tous les livres de ce rayon, seule la couverture de ce livre – s’il se trouve à l’étagère, attire pleinement mon attention. J’ai d’ailleurs rarement vu une prostituée constituant le cœur du récit en littérature. Longtemps je me suis retenue de me le procurer. J’ai fini par craquer.

Je me suis donc plongée pendant un mois entier dans une Indonésie d’abord occupée par les colons néerlandais, puis par les Japonais et de nouveau par les Néerlandais, avant qu’elle ne devienne une nation certes indépendante mais dictatoriale qui est responsable du fameux massacre de 1965 (G30S ou Gerakan 30 September). Il s’agit d’un épisode tragique de l’histoire indonésienne et à ce jour, les responsables de ce massacre sont actuellement toujours en liberté.

Lire la suite

#JELALIS : L’ingratitude – Ying Chen

51QGGZWHQEL._SX289_BO1,204,203,200_Il m’a fallu deux jours pour dévorer ce roman, mais presque deux mois pour me décider à rédiger une chronique.

J’ai choisi ce livre à cause du thème principal : la relation entre une mère toxique et sa fille. Ce choix n’est pas vraiment étonnant, vu que j’ai déjà lu et chroniqué deux romans à ce sujet. Toutefois, le dénouement de cette relation conflictuelle est différent. Dans un brillant avenir de Catherine Cusset, Marie fuit sa belle-mère mais leurs rapports finissent par s’améliorer. Dans les oreilles de Bustler de Maria Ernestam, Eva projette de tuer sa mère dès l’âge de sept ans et l’accomplit dix ans après.

Qu’en est-il de l’ingratitude ? Lire la suite

La présence des autrices dans mes études secondaires

Depuis que j’ai ouvert ce blog, cette idée d’article me trottait dans la tête. Je n’ai pas réussi à trouver le moment idéal pour le rédiger, d’autant plus que j’étais submergée par mes études en master et par mon mémoire de recherche (que j’ai à présent F-I-N-I et S-O-U-T-E-N-U, et je suis diplômée). Bref, je suis enfin disponible pour vous parler des lectures des autrices obligatoires dans mon cursus scolaire, et surtout dans le secondaire.

Spoiler alert : il n’y en a pas énormément. Diglee, illustratrice et autrice que je suis assidûment depuis ses débuts sur son blog, et désormais sur son compte instagram, en a fait un constat terrible dans son article au sujet des femmes lettres au bac L en 2015. Il y a également eu, dans la même année il me semble, une lycéenne qui dénonçait le fait que les femmes philosophes étaient quasiment absentes du programme (malheureusement, je ne retrouve plus la source).

Au collège (2004-2008)

J’ai décidé de faire un état des lieux à partir de cette période pour plusieurs raisons. D’abord, c’était au collège que j’ai vraiment commencé à lire. Et puis, je n’ai aucun souvenir de mes lectures en primaire.

Voici donc les livres écrites par des femmes que je devais lire Lire la suite

TAG : 100% livre.

Voilà plus d’un an que j’ai laissé mon blog et mon compte instagram littéraire à l’abandon. Je n’arrivais plus à publier quoi que ce soit après la rédaction et la soutenance de mon mémoire de recherche. Et ma situation professionnelle a été quelque peu bousculée. J’ai pourtant des idées d’articles – peut-être trop, et l’un est quasiment prêt à être publié… Il faut croire que je suis atteinte du syndrome de la dernière marche.

Pour autant, j’ai continué à lire et pour l’instant, j’ai adoré mes lectures. Ayant envie d’en parler, je me suis rappelée d’un tag, que j’ai vu sur la chaîne Youtube de Lemon June, qui me permettrait de me relancer doucement dans la publication. Je répondrai à 15 questions et tâcherai de parler en particulier de mes dernières lectures (sauf mention contraire). Let’s go !

1- Le dernier livre que j’ai lu.

51QGGZWHQEL._SX289_BO1,204,203,200_

 

Ingratitude est un des romans de Ying Chen, autrice sino-canadienne, publié dans la collection Babel chez Actes Sud, que j’ai dévoré il y a peu et très rapidement. Cette dernière lecture résonne encore en moi, en partie à cause du sujet abordé qui me parle beaucoup – la relation toxique entre mère et fille, qu’une chronique s’impose.

Je profite de ce paragraphe pour vous annoncer que je participe au défi littéraire #jelalis, et que j’ai choisi de mettre en lumière Ying Chen et ses oeuvres sur mon blog et mes réseaux sociaux. J’en parlerai plus en détail dans un prochain article.

Lire la suite

Rendez-vous illustré #Hiver 2018

Le froid hivernal a enfin quitté le territoire français. Je peux donc poster cet article qui présente mes chouettes lectures illustrées hivernales de cette année (que j’ai pu découvrir grâce au club Comic Whales et à la médiathèque de mon quartier !).

images (1)

Les jours sucrés. – Loïc Clément et Anne Montel. éd. Dargaud (2016). 5/5

Une Parisienne dans l’âme qui retourne dans son village natal Lire la suite

Rendez-vous illustré 2/2 #Automne2017

Avec deux mois de retard, je vous présente enfin la suite du rendez-vous illustré de l’automne 2017 ! (Rassurez-vous, celui de l’hiver 2018 est déjà prêt à la publication !).

J’ai participé au Pumpkin Autumn Challenge.

Je n’ai validé qu’un menu sur deux.

Hélas. Mais n’a-t-on jamais dit que l’importance est d’avoir participé ? Et surtout, d’avoir eu la chair de poule ? C’était un challenge très original. Outre Wytches, La dame de la chambre close et Billy Brouillard (voir mon avis ici), j’ai dévoré une adaptation d’un épisode homérique…

couv70996226L’Iliade. La pomme de la discorde. tome 1. – Clotilde Bruneau et Pierre Taranzano. éd. Glénat (2016). 5/5

Le premier tome de la saga homérique en bande-dessinée, L’Iliade, retrace les célèbres épisodes, l’origine de la guerre de Troie entre autres.

Il s’agit d’une très bonne introduction, sans grande difficulté (contrairement à la version originale pour ma part), à la mythologie grecque. J’ai adoré (re)découvrir la plume d’Homère sous ce format.

 

Lire la suite