TAG : 100% livre.

Voilà plus d’un an que j’ai laissé mon blog et mon compte instagram littéraire à l’abandon. Je n’arrivais plus à publier quoi que ce soit après la rédaction et la soutenance de mon mémoire de recherche. Et ma situation professionnelle a été quelque peu bousculée. J’ai pourtant des idées d’articles – peut-être trop, et l’un est quasiment prêt à être publié… Il faut croire que je suis atteinte du syndrome de la dernière marche.

Pour autant, j’ai continué à lire et pour l’instant, j’ai adoré mes lectures. Ayant envie d’en parler, je me suis rappelée d’un tag, que j’ai vu sur la chaîne Youtube de Lemon June, qui me permettrait de me relancer doucement dans la publication. Je répondrai à 15 questions et tâcherai de parler en particulier de mes dernières lectures (sauf mention contraire). Let’s go !

1- Le dernier livre que j’ai lu.

51QGGZWHQEL._SX289_BO1,204,203,200_

 

Ingratitude est un des romans de Ying Chen, autrice sino-canadienne, publié dans la collection Babel chez Actes Sud, que j’ai dévoré il y a peu et très rapidement. Cette dernière lecture résonne encore en moi, en partie à cause du sujet abordé qui me parle beaucoup – la relation toxique entre mère et fille, qu’une chronique s’impose.

Je profite de ce paragraphe pour vous annoncer que je participe au défi littéraire #jelalis, et que j’ai choisi de mettre en lumière Ying Chen et ses oeuvres sur mon blog et mes réseaux sociaux. J’en parlerai plus en détail dans un prochain article.

2- Le livre qui me fait le plus envie en ce moment.

Il y en a beaucoup trop. Mais la plupart sont des traductions de livres d’auteurs originaires de la Malaisie et de l’Indonésie. 

3- Un livre qui fait pleurer.

Terre-des-oublis

 

C’est une lecture que j’ai dû interrompre parce que l’histoire des personnages était difficile à imaginer en parallèle à mes soucis – mon mémoire de recherche entre autres. Je parle de Terre des oublis de Duong Thu Huong, autrice vietnamienne que je suivrai attentivement. Dans ce roman, elle peint la dureté de la guerre et sa destruction, notamment sur la vie d’un soldat, et celle de sa femme…mariée à un autre. Je suis sur le point d’achever cette lecture.

 

 

4- Un livre qui fait rire.

51p6vIe61yL._SX195_

 

Pour ma part, c’est la série de Maureen Wingrove, alias Diglee, intitulée Le journal intime de Cléopâtre Wellington publiée chez Michel Lafon. J’ai dévoré les deux tomes disponibles en quelques jours, et j’attends impatiemment le troisième. J’adore sa plume.

 

 

 

5- Un livre à suspens.

the_promised_neverland_6677.jpg

 

La saga The Promised Neverland scénarisé par Shirai Kaiu et dessiné par Demizu Posuka, publié chez Kazé. 8 volumes ont été publiés en France et cette série de manga est en cours. Un gros coup de coeur pour moi !

 

 

 

6- Une biographie.

California-dreamin

 

J’en lis très peu. Le dernier que j’ai lu date d’il y a quelques années : le roman graphique California Dreamin de Pénélope Bagieu publié chez Gallimard illustrant le parcours de la chanteuse Ellen Cohen, alias « Mama » Cass Elliot, membre du groupe The Mamas and the Papas. La particularité de ce livre est que tout est crayonné, ce qui me donne une impression de spontanéité dans le dessin. Je l’ai adoré !

 

7- Un livre romantique.

Amours solitaires de Morgane Ortin ! (je suis plutôt le compte instagram, je n’ai pas encore pu me procurer le livre). Les messages d’amour sont authentiques et tellement beaux.

8- Un beau livre.

Confidences de Pariyenm

 

 

Incontestablement les confidences de Pariyem : l’univers d’une femme de Java de Linus Suryadi AG publié chez Pasar Malam, tant sur le plan visuel que sur le plan textuel.

 

 

 

9- Un livre qui fait peur.

Couverture-rouille_une.jpg

 

Sans hésiter, Rouille de Floriane Soulas, roman publié chez Scrineo. Mon premier livre steam-punk. Je n’avais aucune attente de ce livre, et encore moins une idée. J’étais complètement plongée dans l’univers et dans l’intrigue. Je n’en dis pas plus.

10- Un livre qui n’en vaut pas la peine.

Je suis incapable de citer un titre car je ne suis pas encore tombée sur ce genre de livre. Pour ma part, ce serait un livre contemporain incitant à la haine – racisme, sexisme et toute autre forme de discrimination, ou un livre rempli d’un exotisme gerbant.

11- Un livre pour un jour férié.

moi-reincarne-slime-1-kurokawa

 

 

Cette année, j’ai lu les trois premiers tomes de Slime, un manga de Kawakami Taiki et de Mitz Vah qui est adapté à partir du roman de Fuse. Publié chez Kurokawa, le protagoniste Satoru se réincarne en slime dans un autre monde après avoir été assassiné. Bien qu’il soit au départ une créature totalement inoffensive, son arrivée perturbe l’organisation de ce monde… Je lirai la suite avec plaisir.

 

12- Une BD.

magus-of-the-library-1-ki-oon

Il s’agit surtout d’un manga qui s’intitule Magus of the Library de Mitsu Izumi, publié chez KIOON. Si le manga porte effectivement sur les livres – et les connaissances du monde accessibles en partie grâce aux bibliothèques, l’histoire tourne autour d’une symétrie sociétale : les riches/les pauvres, les ethnies dominantes/dominées pour ne citer que quelques exemples. Ceci justifierait l’interdiction d’accès aux bibliothèques, voire au concours, à certaines personnes. Bref, une très belle découverte.

 

13- Un livre que tout le monde devrait avoir lu.

Un livre d’une femme tombant/tombée dans l’oubli ou d’une femme invisibilisée. Elles sont vraiment nombreuses. A nous d’entretenir cet héritage littéraire. Je parle d’ailleurs de ce sujet dans le prochain article (celui qui est quasiment prêt à être publié).

14- Le livre que j’ai lu le plus grand nombre de fois.

La-rigueur-du-qualitatif

Il y en a plusieurs. Même beaucoup. Ce sont les livres que j’ai consultés pour la rédaction de mon mémoire de recherche et mon enquête. Je pense surtout à l’indispensable ouvrage de Jean-Pierre Olivier de Sardan intitulé La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique publié chez Academia. Bien plus qu’un manuel, c’est LA référence pour se lancer dans l’écriture universitaire et dans la recherche en terrain. Je risque d’ailleurs de le consulter encore.

 

15- Un livre documentaire.

Là aussi, les livres sont nombreux, et c’est encore en partie à cause de mon mémoire de recherche. J’ai décidé de n’en pas lire cette année. Néanmoins, je réserve ce dernier point du tag pour un éventuel futur article.


C’est la fin du tag. Nous nous retrouverons le mercredi prochain pour un nouvel article dont je dévoile le titre à l’avance : « la présence des autrices dans mes études secondaires ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s