#JELALIS : Présentation du défi et choix de l’autrice.

Deux articles d’affilés mentionnant le défi littéraire #jelalis, et toujours pas d’article explicatif, il était temps !

Ce projet est à l’initiative de l’association Le Deuxième Texte et des partenaires. Il a pour but de mettre en lumière les femmes de lettres à travers un défi littéraire : choisir une autrice francophone, nous documenter et publier des posts autour d’elle et de ses oeuvres sur plusieurs formats et sur la/les plateforme(s) de notre choix : biographie, portrait, chroniques/avis de lecture, photos, vidéos, selfies… Pour ma part, je monopoliserai mes réseaux sociaux avec le hashtag #jelalis.

Le site dédié à ce défi littéraire a, à ce jour, recensé 289 autrices choisies par les internautes, dont 196 dans le domaine public et notons que certaines d’entre elles n’écrivent pas initialement en français. Dans cette liste, je constate malheureusement une très faible présence d’autrices francophones de couleur, et une absence totale d’autrices francophones d’origine(s) asiatique(s) avant d’avoir rempli ma fiche d’inscription. Si effectivement, les femmes de lettres francophones sont invisibilisées en France, cela l’est davantage quand il s’agit d’une femme racisée, et visiblement, les femmes asiatiques.

Elles sont pourtant présentes et pour la plupart, elles ont choisi d’adopter la langue de leur pays d’accueil dans leur création littéraire. Certaines ont même reçu des prix littéraires. Je pense à Hoai Huong Nguyen et son roman l’Ombre douce avec six prix décernés et à Weiwei, autrice originaire de Chine. Citons également Shan Sa et quelques autrices d’origine vietnamienne mentionnées dans un article de Giang-Huong Nguyen, chargée de collections en Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est à la BnF porté sur la littérature vietnamienne francophone : Anna Moï, Kim Lefèvre etc.

Le point commun entre les autrices mentionnées dans le paragraphe précédent est leur pays d’accueil qui est la France métropolitaine. Pour autant, dans un séminaire sur les littératures francophones que j’ai suivi en master, et même de manière générale, je n’ai jamais entendu leur nom, et encore moins de « littérature de l’immigration », de « littérature migrante », voire de « littérature de l’exil ». Ces trois littératures caractérisent une branche de la littérature francophone du Canada dont les écrivains sont des exilés ou des migrants s’y étant installés et ayant adopté une de ses langues dans leur création littéraire – ici en français. Parmi eux, une a particulièrement attiré mon attention, c’est Ying Chen.

Je l’ai découverte sur la chaîne Youtube de Lemon June (encore elle, oui !), et plus précisément sur sa vidéo relatant les lectures marquantes de sa vie. Dans sa vie étudiante, un des romans de Ying Chen l’a marquée, au point d’en avoir un mémoire de master. Bref, ce passage sur Ying Chen m’a convaincue, et je me suis procurée L’ingratitude.

Je l’ai fini si vite.

Ce roman est d’une puissance.

Et malgré les prix littéraires et les distinctions, je ne le vois nulle part dans les rayons.

Ying Chen serait-elle tombée dans l’oubli comme bon nombre de femmes lettres ?

Il m’a alors semblé pertinent d’allier ce défi littéraire (finalement très blanc) et mes frustrations : me documenter et publier des articles sur elle et ses oeuvres.

Habituellement, on commence par la biographie de l’autrice. Cependant, j’ai encore peu d’informations sur elle, d’autant que je n’ai aucune notion en littérature francophone canadienne – pourtant nécessaire pour comprendre sa créativité littéraire. C’est pourquoi, je commencerai par publier des chroniques littéraires. Le prochain article sera naturellement dédié à l’Ingratitude. A suivre, donc.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s