Les Oreilles de Buster – Maria Ernestam

les-oreilles-de-busterAuteure : Maria Ernestam

Actes Sud, collection Babel (2013)

Traduction : Esther Sermage

ISBN : 9782330014452

Quatrième de couverture :

« J’avais sept ans quand j’ai décidé de tuer ma mère. Et dix-sept ans quand j’ai finalement mis mon projet à exécution. » C’est ainsi que commence le journal intime d’Eva, qui mène une vie bien réglée entre Sven, quelques amies, des enfants et petits-enfants, une vieille dame acariâtre dont elle s’occupe, et ses rosiers qu’elle choie.

Depuis que sa petite-fille préférée lui a offert un carnet vierge pour ses cinquante-six ans, Eva écrit la nuit, dans l’atmosphère feutrée de la maison endormie. Enfant délaissée et humiliée par une mère fantasque et égoïste, elle a appris tôt à se débrouiller toute seule. Comme avec Buster, le terrible chien des voisins, dont il a fallu qu’elle s’occupe pour qu’il cesse de l’effrayer…

Les souvenirs douloureux d’Eva, narrés avec une ironie mordante, mêlent candeur et perversion au fil d’un récit plein de rebondissements qui s’avère une émouvante variation sur la difficulté de combattre les démons du passé.

Je suis arrivée à Kuala Lumpur le dimanche 13 février, et le lendemain même, je devais déjà commencer à me mettre au travail. Je revois mon ancienne collègue qui a eu l’extrême gentillesse de me laisser deux ouvrages en français avant son départ pour son congé. Et après de nombreuses péripéties peu intéressantes, je parviens enfin à trouver du trouver pour présenter l’un des deux qui s’intitule Les Oreilles de Buster, de Maria Ernestam.

Mon avis :

Il s’agit de mon tout premier roman suédois. J’ai ainsi découvert l’hiver suédois qui est à mon goût beaucoup trop glacial, pouvant même être meurtrière si nous avons le malheur d’être mis à la porte en pleine nuit comme l’un des rares personnages avec qui Eva se sentait bien.

Cette histoire illustre une relation toxique entre une mère et sa fille. Eva n’a jamais été complimentée par sa mère. On se demandait même s’il s’agissait de sa mère biologique, l’indifférence et cette « haine anti-maternelle » étant tellement frappantes et démesurées. Tout était toujours la faute d’Eva. Et lorsqu’une occasion se présentait pour l’humilier, cette mère ne s’en privait pas. Heureusement, elle avait un père qui l’aimait profondément. Toutefois, cette complexité entre ces deux personnages ne satisfaisait de loin la mère, ce qui rendait l’atmosphère familiale irrespirable pour Eva (et son père).

Eva est un personnage peu commun. Dès son jeune âge, elle parvient à accomplir des projets « diaboliquement » pointilleux, dont le but initial est de détruire ce qui pourrait la nuire à long terme. Ces projets la préparent ainsi à tuer sa mère le moment venu.

Les épisodes qu’elle écrit dans son journal sont aussi bouleversants les uns que les autres. Même si parfois, il est difficile d’adhérer ce qu’Eva projette de faire, elle reste néanmoins attachante, tant la douleur qu’elle subit est injuste. Et nous pouvons voir à quel point les fantômes de son passé la hantent au fil des pages. Comment s’en guérir ? Peut-être que le cadeau innocent de sa petite fille était un signe de son amour perdu.

Citations :

« Ma mère m’avait montré le style général de la danse, et je m’y étais immédiatement essayée. Elle avait ri de bon cœur, ce qui m’avait fait plaisir jusqu’à ce que je comprenne qu’elle se moquait de moi. Désormais, le simple nom de cette danse me donnait la nausée. »

« C’était elle ou moi, je le compris ce jour-là. Aussi longtemps qu’elle vivrait, elle m’empêcherait de vivre. Elle me viderait de ma substance et ne laisserait de moi qu’une écorce creuse, desséchée, qui finirait par tomber en miettes. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s