Le Râmâyana – Serge Demetrian

Le Râmâyana Conteur : Serge Demetrian

Albin Michel (2005)

ISBN : 9782226149145

Quatrième de couverture :

Le Râmâyana est, avec le Mahâbhârata, l’autre grande épopée indienne. Le noble Râma, incarnation de Vishnu et époux de Sïtâ, est l’héritier de la dynastie solaire. Une intrigue de palais poussera ce couple idéal à l’exil, puis à la séparation… Râma, aidé d’une armée de singes et d’ours, arrachera-t-il sa bien-aimée aux griffes des démons ? Si l’honneur, la justice et le destin sont centraux, ils cèdent souvent le pas à l’amour conjugal ou fraternel, à l’amitié, au ravissement de la nature. Aux moments de tragédie pure succèdent les envolées lyriques, voire les épisodes burlesques.
Serge Demetrian, qui maîtrise parfaitement les différentes versions du texte original, a vécu plus de vingt-six ans en Inde. S’inspirant des conteurs traditionnels de l’Inde du Sud, il nous offre une version du Râmâyana au suspense haletant, qui nous transporte au cœur de l’âme indienne.

Mon avis :

Il s’agit d’une épopée incontournable, plus particulièrement lorsqu’on suit des études de langues, de littératures et de civilisations du sud-est asiatique indianisé. Sans cette référence, il serait difficile de comprendre certains aspects culturels des régions concernées, tant sur le plan sociologique que sur le plan littéraire.

Si nous envisageons de faire une étude sur les violences et les socialités, Le Râmâyana en est l’oeuvre parfaite. A la fois épique et spirituel, le Râmâyana peint les conduites et les codes que devraient suivre les hommes pour gouverner soi-même et pour gouverner les autres. Certains personnages, originellement humbles et prudents, se laissent finalement dominés par leurs passions, ce qui entraîne des conséquences lourdes : l’exil de Râma et le kidnapping de Sîtâ pour ne citer que quelques exemples. Et la plupart de ces passions sont (malheureusement toujours) déclenchées par des femmes, humaines ou démones. Par ailleurs, les sanctions prises contre elles sont sévères, même si elles font preuve d’une extrême pudeur. Pouvons-nous dire que cette épopée transmet des valeurs telles que le respect, la paix et l’humilité ? Ou est-ce un trait que l’on retrouve dans les épopées et/ou les mythes, voire dans les religions dominantes d’aujourd’hui ?

La lecture de cette épopée m’a laissé plusieurs pistes de réflexion sur la socialité humaine. Elle m’a également transportée dans un univers unique illustrant les rapports entre l’homme et les divinités, entre l’homme et les animaux, entre l’homme et les mondes, et bien sûr, les rapports entre les hommes.

Quelques citations :

« L’homme supérieur ne rendra jamais
le mal pour le mal.
L’homme de bien se reconnaît
à ses actes charitables.
Ne faisons de tort à personne,
qu’il soit innocent ou coupable,
qu’il soit irréprochable
ou digne du gibet.
L’homme au coeur noble a compassion,
même pour celui qui l’opprime,
même pour le criminel torturant sa victime.
Qui est sans péché ici-bas ? »

« Ce poème qui lave
Les péchés du Monde
Apporte à ceux qui le récitent
Santé, richesse et paix profonde.

Qui lit un seul vers de cette épopée
Est à l’instant purifié :
Il jouira d’une longue vie,
Il goûtera la joie du Paradis.

Ceux qui lisent le Râmâyana matin et soir
Voient se réaliser tous leurs espoirs :
Ils vivent à l’abri de toute adversité,
Ils habiteront aux royaumes de l’éternelle Félicité. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s